Meldungen

Rückblick auf die Tagung “Kampfbegriff ‘Aufklärung’. Intellektuelle Strategien und transkulturelle Kontroversen”, organisiert von Dr. Johannes Birgfeld; Prof. Dr. Stephanie Catani; apl. Prof. Dr. Anne Conrad, Universität des Saarlandes, Saarbrücken 30.9. bis 2.10.2020. PDF


CARSTEN ZELLE ZUM EHRENMITGLIED DER DGEJ ERNANNT

Auf der Mitgliederversammlung am 17. September 2020 erhielt Prof. Dr. Carsten Zelle, der langjährige Herausgeber der Zeitschrift Das achtzehnte Jahrhundert (DAJ), seine Ernennungsurkunde. Der Präsident der Gesellschaft, Prof. Dr. Jürgen Overhoff, würdigte in einer Laudatio Zelles große Verdienste. Unter seiner Herausgeberschaft entwickelte sich die DAJ vom Mitteilungsblatt zum weithin geachteten Journal der wissenschaftlichen Forschung.



NEUER VORSTAND GEWÄHLT

Auf der Mitgliederversammlung am 17. September 2020 in Halle (Saale) wurde der neue Vorstand mit großer Mehrheit von den anwesenden Mitgliedern der Gesellschaft gewählt. Im Amt des Präsidenten bestätigt wurde Prof. Dr. Jürgen Overhoff; Prof. Dr. Iwan-Michelangelo d’Aprile, zuvor Schriftführer, wurde zum Vizepräsidenten gewählt; neue Schatzmeisterin ist Dr. Sylke Kaufmann; Schriftführer wurde Prof. Dr. Markus Friedrich; Dr. Kristin Eichhorn und Dr. Frank Grunert untertützen den Vorstand erneut als Beisitzer/in; PD Dr. Vanessa de Senarclens wurde erstmals als Beisitzerin gewählt.

Ausgeschieden sind Prof. Dr. Claus-Dieter Osthövener (Vizepräsident), Dr. Ute Pott (Schatzmeisterin), Prof. Dr. Rotraud von Kulessa (Beisitzerin). Der Vorstand und die Geschäftstelle danken für die fruchtbare gemeinsame Arbeit.



SILVAN MOOSMÜLLER: Von der himmlischen Harmonie zum musicalischen Krieg. Semantik der Stimmung in Musik und Literatur 1680-1740

In der Reihe »Das achtzehnte Jahrhundert. Supplementa« erschien soeben im Wallstein Verlag Band 28 über die musikalischen Wurzeln von »Stimmung« zwischen Sphärenharmonie und physiologischer Ästhetik.

MITGLIEDERVERSAMMLUNG 2020 DER DGEJ

Am 17. September 2020, 18.30 Uhr, findet im Freylinghausensaal der Franckeschen Stiftungen (Franckeplatz 1, Haus 1, 06110 Halle/Saale) die jährliche Mitgliederversammlung der DGEJ im Rahmen der Jahrestagung »Die Bilder der Aufklärung« statt.

DAS ACHTZEHNTE JAHRHUNDERT

Im Mai erschien Heft 1 des Jahrgangs 44/2020 der Zeitschrift »Das achtzehnte Jahrhundert« der DGEJ mit einem umfangreichen Rezensionsteil und den folgenden Beiträgen: Alexander Bitzel: Gelehrtenfreundschaft und Netzwerkarbeit in der ersten Hälfte des 18. Jahrhunderts am Beispiel der Briefe von Johann Lorenz von Mosheim und Gabriel Wilhelm Goetten an Johann Christoph Gottsched. – Heinrich Bosse: Zwei Hauslehrer und sechs Adelshaushalte. Johann Christian Müller (1720–1772) in Pommern und Johann Wilhelm (von) Krause in Livland (1757–1828). – Vanessa de Senarclens: Spinoza in Hinterpommern: Ein wiederaufgetauchter Bibliothekskatalog von 1756 in kulturwissenschaftlicher Perspektive. – Jeff Loveland: Copying into Zedler’s Universal Lexicon: The Lessons of 150 Articles from Walch’s Philosophisches Lexicon. – Jörn Steigerwald: Vergleichende Kulturanthropologie nach dem anthropologischen Schlaf: Charles-Victor de Bonstettens L’homme du Midi et l’homme du Nord. Die Liste der für eine mögliche Rezension eingegangenen Bücher finden Sie auch: hier

WELTENSAMMELN. Johann Reinhold Forster und Georg Forster

In der Reihe »Das achtzehnte Jahrhundert. Supplementa« erschien im Wallstein Verlag Band 27, herausgegeben von Elisabeth Décultot, Jana Kittelmann, Andrea Thiele und Ingo Uhlig, zur Materialitätsgeschichte der Aufklärung anhand der Sammelpraxis von Vater und Sohn Forster.


Termine

Termin Informationen:

  • Fr
    30
    Apr
    2021

    Call for Article: Climat et environnement (Revue Dix-huitième siècle 54(2022))

    Revue Dix-huitième siècle

    Dossier thématique 54 (2022) : « Climat et environnement »

    APPEL à CONTRIBUTIONS

    A l’heure où les questions du changement climatique et de l’empreinte carbone sont au premier plan de l’actualité, un volume sur les perceptions et interactions environnementales au XVIIIe siècle paraît bienvenu. Pour accueillir toutes les acceptions d’environnement, un dossier pluridisciplinaire, et si possible transdisciplinaire, est de mise afin de croiser les perspectives des historiens (historiens des sciences, du climat, de l’environnement, et de l’art), des philosophes, et des littéraires.

    Nous invitons à une enquête, dans l’Encyclopédie, les encyclopédies et dictionnaires des Lumières, sur le sens et usages des mots « climat », « milieu », « éléments », « catastrophe », etc.  Ainsi, pour « climat », le sens du mot lui-même s’infléchit au cours du siècle. De « zone parallèle à l’Equateur », il prend sous l’influence des études médicales (Boerhaave, Arbuthnot…) celui de « température habituelle de l’air ». C’est à partir de ce premier sens que s’est élaborée ce qu’on a appelé la « théorie des climats ». Que nous apprend sur notre rapport au climat, la « fatale inclinaison » - l’inclinaison étant le sens premier du mot klima -, et la fin du « printemps perpétuel » où Rousseau voit l’origine des langues ? Ce volume sera l’occasion de faire le point sur ces anciennes conceptions du changement climatique, éclairées par le contexte actuel : celle du refroidissement de la Terre (Buffon, Théorie de la Terre) comme celle du réchauffement dû à la combustion du feu central (Théodore Augustin Mann). Un savoir nouveau sur le climat, notamment grâce aux descriptions des voyageurs, et une science nouvelle, la météorologie, se font jour. Le perfectionnement des instruments de mesure (thermomètre, baromètre…) et la constitution des premiers réseaux météorologiques permettent une approche scientifique du climat.  Emmanuel Le Roy Ladurie (Histoire du climat depuis l’an mil, Histoire humaine et comparée du climat) nous enseignent que le XVIIIe siècle, bien que faisant partie du Petit Age glaciaire (début XIVe-1860 environ) et en dépit de la variabilité naturelle, présente une météorologie plus favorable que le siècle précédent. Si le siècle des Lumières est marqué par de grands hivers (1709, 1740, 1788-1789) et si la période froide appelée « Minimum de Maunder »  contemporaine du règne du Roi-Soleil se prolonge jusqu’en 1715, la Régence et le règne de Louis XV sont marqués par un « dégel ». Les conditions météorologiques sont globalement favorables à l’expansion économique, mais des aléas climatiques rappelleront souvent violemment la fragilité de l’agriculture et des subsistances face aux éléments naturels. Agronomes (Duhamel du Monceau, Tessier, Rozier…), naturalistes (Ingenhousz, Andriani, Senebier…) et vétérinaires (Chabert, Bourgelat…) s’attacheront à perfectionner méthodes de culture, végétaux et cheptel. Mais libérer l’agriculture de sa dépendance au climat n’est pas si facile. Turgot en fera les frais de façon retentissante. La « météo » a-t-elle joué un rôle dans le déclenchement de la Révolution française ? Cette question largement débattue trouve aujourd’hui un nouvel éclairage à travers l’histoire environnementale qui, refusant le déterminisme climatique, s’intéresse aux interactions entre les sociétés et leur milieu. De nombreux travaux inscrits dans ce champ, institutionnalisé en France depuis une vingtaine d’années, ont récemment contribué à renouveler l’étude des rapports au climat des sociétés anciennes (E. Garnier, F. Locher, O. Jandot…). Face aux risques d’origine climatique, relevant de transformations lentes ou d’événements soudains, se posent les questions de l’acceptation, de l’adaptation et de la résilience. L’impact des activités humaines sur l’équilibre d’écosystèmes fragiles fait l’objet d’une prise de conscience, relative mais néanmoins perceptible dans les efforts de protection des îles tropicales en situation coloniale, mis en évidence dans le travail pionnier de R. Grove. La déforestation, l’assèchement des zones humides, l’agriculture intensive ne sont-elles pas de nature à bouleverser le climat d’une région ? Les pollutions générées par les activités préindustrielles ne portent-elles pas atteinte à la santé des habitants (Vandermonde, Skragge, Fourcroy, Gilbert, Fodéré, Morand…) ? Les topographies médicales qui fleurissent dans les dernières décennies de l’Ancien Régime témoignent de cette inquiétude. La question des prétendus « brouillards secs » engendrés par l’éruption du volcan Laki (1783) relève de l’histoire des pollutions, mais aussi des imaginaires liés au climat. La confrontation des corps et des sensibilités aux évolutions climatiques se traduit par des stratégies d’adaptation stimulant de nouvelles consommations, en particulier dans l’art de s’habiller et dans l’art d’habiter (vitrage, techniques de chauffage…).

    Enfin, c’est à la modernité technicienne du XVIIIe siècle, en particulier à l’invention du système technique de la première révolution industrielle fondé sur la machine à vapeur et le charbon comme combustible énergétique, que des historiens du climat imputent le début du réchauffement climatique (C. Bonneuil  et J.-B. Fressoz). La seconde moitié du XVIIIe serait donc ce moment charnière du grand moment de basculement dans un réchauffement climatique, aux causes désormais anthropiques (et souvent désigné de nos jours par le terme d’anthropocène).

    Climat et environnement sera l’occasion de resituer l’homme dans son milieu au temps des Lumières, et d’examiner les modalités de son « acclimatement », sa place étant laïcisée mais non dénuée de fantasmes et de superstitions. Les « baromètres de l’âme » (Pierre Pachet) inaugurés par Rousseau (« J’appliquerai le baromètre à mon âme » - la métaphore deviendra un lieu commun des diaristes) révèlent une identité instable : le Sturm und Drang, l’esthétique du sublime, les représentations des tempêtes et des passions (littérature, peinture, musique) traduisent ce nouveau rapport au monde. En outre, l’attention aux « climats » se prête particulièrement aux approches pluridisciplinaires des humanités environnementales.  Elle situe et ancre les analyses littéraires, les études de cas et les théories philosophiques. Le prisme environnemental permet à de nombreux champs d’étude historiques et littéraires de se transformer : l’étude des révolutions agricoles et des catastrophes naturelles, la peinture de paysage, l’analyse des inscriptions de la nature dans la prose et la poésie, ainsi que l’histoire des jardins, profitent toutes des accents portés sur les entrelacs entre nature et culture, et sur la question de l’éthique de l’homme dans son environnement, qu’il s’agisse de présence discrète ou dominatrice, de respect, de tolérance, de care ou de soumission aux éléments.

    Responsables scientifiques du dossier : Laurent Brassart, Laurent Châtel, Emilie-Anne Pepy et Anouchka Vasak.

    Envoi de propositions : Le volume 54, résolument interdisciplinaire, pourra accueillir des contributions sur la littérature, l’histoire, l’histoire de l’art, les sciences du climat, de l’environnement et de la nature dans l’Europe du long XVIIIe siècle. Les propositions feront l’objet d’une sélection par un comité scientifique ; un abstract circonstancié d’environ 700/800 mots avec une courte bibliographie est à envoyer avant le 1er novembre 2020 à l’adresse suivante : climatenvironnementrevue@gmail.com

    Une fois les propositions acceptées, les articles seront à remettre avant le 30 avril 2021. Pour plus d’informations sur la Revue voir : https://www.sfeds.fr/publications-18eme-siecle/revue-dix-huitième-siècle.

    Call for Article und Bibliografie als PDF